Queen Nikkolah

DATE

10/12/2017

TIME

All Day

LOCATION

Le Space


INFO

Queen Nikkolah est une performance qui questionne les limites de race et de genre de la tradition de Saint-Nicolas. Il s’agit d’approfondir le débat sur la perpétuation des schémas coloniaux inhérent à cette tradition et leurs effets sur l’imaginaire de l’enfant. Alors que la question est souvent portée sur la noirceur de Père Fouettard / Zwarte Piet, je la déplace pour questionner la blancheur et le genre même de Saint-Nicolas, comme éléments tout aussi déterminant dans l’apprentissage inconscient du privilège (ou désavantage) racial et de genre dans l’enfance. Qui est bon.ne? Qui est violent.e? Qui travaille pour qui? Cette action artistique promeut une vision du patrimoine culturel, non comme un concept fgé, mais comme s’adaptant aux mouvements de l’Histoire pour assurer sa longévité. La tradition de Saint-Nicolas a déjà montré des adaptations autour du personnage de Zwarte Piet ; une lente déracialisation (années 50, il est noir parce que africain, années 90 parce qu’il a de la suie sur le visage), d’une image d’asservissement à une image de divertissement, etc. Nous voyons que le malaise autour du personnage de Zwarte Piet n’est que le refet de notre malaise par rapport à notre propre Histoire migratoire. Queen Nikkolah propose une future adaptation d’une société avec une réelle égalité des chances. La performance présente le personnage de Queen Nikkolah, une version féminine et noire de Saint-Nicolas, dans les mêmes conditions de monstration que les Saint-Nicolas déguisés en période de fête : dans un centre commercial, ou fête d’entreprise, etc. Il s’agit d’un acte simple qui peut être aussi bien accueilli que rejeté mais permet une première déconstruction des schémas hérités. Il offre également l’occasion aux enfants racisé-e-s ou non de célébrer l’essence même de la tradition: leur faire plaisir !